Témoigner » Harcèlements

Lutte contre le harcèlement à l’école : un objectif premier

    • 30 messages
    27 mars 2013 20:47:37 CET

    Le programme KiVa de Finlande serait le bienvenu en France, et en tout pays.

    Force est de constater, que dès le plus jeune âge, les enfants sont marqués par des tendances d’imposer, de s’imposer à l’autre.

    L’Homme est un animal sauvage, qui a, toutefois, faculté d’améliorer ses comportements et relations afin de mieux vivre dans la société dont il dépend.

    Le long parcours qui éloigne l’Homme de son animalité en développant sa spiritualité, consiste, notamment à accroître son mieux-être pour améliorer le mieux vivre ensemble.

    Or, cet accroissement dépend essentiellement de celui du respect de soi et des autres. Chacun sait, que le respect ne peut exister vraiment que s’il est mutuel, que l’Homme, montre une grande similitude avec l’animal, - qui est, soit dominant, soit dominé.

    Jusqu’à présent, rien ne semble parvenir à le libérer de cette attitude originelle, même si des progrès considérables, notamment la récente prise de conscience des Droits de l’Homme, et sa large diffusion, ont été réalisés.

    Mais, la culture du respect est la prime fonction de l’éducation de l’être social. Le transréalisme souligne qu’elle définit même l’idéal humain.

    Il conviendrait, que, dès le plus jeune âge, l’enfant soit formé au respect, c’est-à-dire à dominer ses impulsions et ses faiblesses, qui se manifestent, notamment, par le harcèlement de petits camarades.

    Le programme Kiva de Finlande est assurément un modèle à suivre et à généraliser, - en priorité.

     Ce serait une véritable refondation de l’école (universelle), dans sa fonction essentielle, de donner naissance à l’homme respectable, - car plus respectueux de sa dignité de mieux être ou de développer sa lucidité, plus respectueux  de respecter l’autre pour satisfaire son désir de mieux-vivre ensemble, plus apte à mesurer l’importance du respect, et ainsi, plus respectueux de la nature et du bon sens de contribuer à transmettre un monde meilleur.

    Pierre Gouverneur

    -------------------------------------------------

    KiVa est le nom d’un programme de lutte contre le harcèlement en milieu scolaire. Mis au point à l’Université de Turku, en Finlande, et fondé sur des recherches spécifiques, il est financé par le Ministère de l’Éducation et de la Culture. L’efficacité du programme KiVa a été démontrée par le biais d’une étude contrôlée randomisée, réalisée à grande échelle.

    Le programme connaît un réel succès en Finlande : durant les deux premières années de sa diffusion, 2260 écoles (soit 75 % de tous les établissements secondaires non sélectifs du pays) y ont adhéré et entrepris sa mise en œuvre.

    Les composantes du programme KiVa

    Le programme KiVa comprend à la fois des actions ciblées et d’ordre plus général, destinées tant à prévenir le phénomène, qu’à traiter les cas de harcèlement relevés dans les établissements.

    Les actions générales s’adressent à tous les élèves d’une même école. Elles consistent en un certain nombre d’initiatives visant à influer sur les normes de groupes, à apprendre à tous les enfants à se comporter de manière constructive et responsable, à s’abstenir d’encourager le harcèlement et à aider les victimes éventuelles.

    Les actions interviennent lorsque les personnels scolaires repèrent des cas de harcèlement. Chaque situation est traitée à travers une série de dialogues individuels et de discussions menées en groupes, entre l’équipe KiVa de l’établissement et les élèves concernés. Il est demandé à plusieurs élèves sélectionnés pour leur caractère sociable de venir en aide à ceux de leurs camarades qui sont victimes de harcèlement.

    Le programme KiVa ne se s’inscrit pas dans le cadre limité d’un projet annuel. Il doit faire partie intégrante du travail mené en continu par l’établissement pour combattre ce type de comportements.

    Le programme KiVa fait reculer efficacement le phénomène du harcèlement scolaire

    Le programme KiVa a fait l’objet d’une évaluation, à travers une vaste étude contrôlée randomisée, portant sur 117 écoles expérimentales, doublées par un groupe de contrôle de 117 autres établissements. Il a été prouvé que son mode d’action réduisait de manière significative le nombre des cas de harcèlement ou de victimisation rapportés par les victimes elles-mêmes ou par d’autres élèves. Le programme agit sur de multiples types de brimades, notamment les agressions verbales, physiques, ainsi que le harcèlement électronique.

    En outre, l’étude fait état d’effets positifs sur le goût des jeunes pour l’école, leur motivation et leur réussite. Le programme KiVa réduit également le nombre des cas d’anxiété et de dépression, en induisant une perception plus favorable de l’ambiance entre élèves. 98 % des victimes qui entrent en dialogue avec les équipes KiVa mises en place par les écoles voient leur situation s’améliorer – un résultat remarquable.

    Enfin, les données nationales fournies par le millier d’écoles dans lesquelles la mise en application du projet a commencé à l’automne 2009 ont montré qu’au bout d’un an, les phénomènes de victimisation et de harcèlement avaient l’un et l’autre nettement reculé. Le programme KiVa a remporté, en 2009, le Prix européen de Prévention de la Criminalité.

    Dans les écoles KiVa, le harcèlement n’existe pas !

    Par Pia Setälä, avril 2011