01- O1/05/2011 Transréalisme Tome I

  •  

     « Le terme de « Transréalisme » est particulièrement heureux

    et mérite de se fixer. »

    René HUYGHE de l’Académie Française. (1993)

     

    TRANSREALISME

     

    Le terme « Transréalisme » précise  que l'évolution idéale de la conscience humaine s'élabore par la culture du respect et que l'Art, à travers les âges, témoigne de cette essentielle aspiration et stimule sa progression.


    Il souligne que les considérables avancées contemporaines apportent à  l'Humain les moyens de s'épanouir, comme jamais, et que les nouveaux enjeux  exigent qu’il accède  à un dépassement capable d’améliorer grandement son comportement et ses relations.

    A une époque plongée dans le doute et en quête de valeurs par les bouleversements qu’elle a engendrés, ce concept prétend, ou révèle, que le sens de l’existence consiste à développer l’aspiration profonde de la conscience de chacun de toujours mieux respecter, afin de se sentir toujours davantage en harmonie avec les composants de son univers, et, en premier lieu, avec les membres de son espèce.

    Cette invitation à un Humanisme triomphant, peut être largement reçue. En effet, elle émane d’un Enseignant, devenu Galeriste, qui n’a pas bénéficié d’une formation artistique particulière ou de connaissance livresque importante, mais qui, néanmoins, a édifié progressivement sa réflexion à partir d’un regard porté essentiellement sur la peinture et de quelques rencontres majeures que la fréquentation du monde des Arts favorise.

    « Les révélations d’Omar » sont le récit de ses découvertes qui l’ont amené à considérer la pratique du langage artistique comme un moyen, originel et majeur, d’ouverture et d’approfondissement de la connaissance de soi, des autres et de l’Univers, ou d’épanouissement de la conscience - qui donne sens à l’existence.

     


    Précisions de l’Auteur

    Ce premier Tome sur le « transréalisme » est une reprise de celui réalisé en six semaines de l’été 1996.

    Cette réécriture, effectuée directement sur ce site, a pour objet de l’améliorer, et par le concours des réflexions auquel il invite, et par le souci de mieux préciser ma pensée.

    Des exemplaires de cet ouvrage sur papier sont encore disponibles et permettent au lecteur de faire des comparaisons révélatrices de l’évolution de ma réflexion. « Les révélations d’Omar » furent mon premier livre, ce qui justifie, encore, mon désir d’affiner son contenu. ( 20 €, franco de port, sur demande, par mail : pierre@entrecollectionneurs.com).

    Le fait que j’écrive les tomes suivants sur ce site, - seulement quinze ans après le premier-, provient d’entraves irrespectueuses que je décris dans le deuxième tome, et, surtout, de mon désir de partager, avec les Adhérents du site, la réflexion sur le Transréalisme, afin de l’approfondir pour mieux convaincre de la véracité de l’idéal qu'il définit.

    La participation des lecteurs que proposent mes livres écrits directement et progressivement sur www.transrealisme.org, s’effectue dans sa rubrique « Débats ». Chaque avancée dans l'écriture est repérée par un numéro, par l'Auteur. Le Lecteur réagit en indiquant au début de son commentaire, ce numéro, et, si possible, le(s) paragraphe(s) concerné(s) par ses remarques.

    Ces remarques pourront contribuer au contenu des ouvrages présentés, sous forme de livres, dans la rubrique «Documentation». Toute contribution retenue précisera, évidemment, le nom de son Auteur.

    Pour rendre plus aisée et agréable la lecture des publications présentées dans "Documentation",

    il est conseillé de cliquer

    dans « scroll » sur : « book »,

    et,

    sur « fullscreen », au niveau de « scribd ».

     

     

    TOME I

     

    Les révélations d'OmAr

     

      « L’Homme se définit à travers l’Art »

     

     

    1   - -

     

    Les Vertus des Arts plastiques sont accessibles à tous

     

    A la lecture de quelques textes d’Ecrivains sur l’Art, ma surprise fut grande : leurs pensées correspondaient à ce que, préalablement, j’avais pressenti, seul, grâce à une longue période de regards sur des tableaux, et à quelques rencontres majeures qui se présentèrent, au cours de mon cheminement à travers la peinture, comme des clés permettant de progresser vers une prospective imprécise, mais si attirante, qu’elle devait correspondre à un besoin profond.

    Ce constat me parut toutefois aussi étonnant que mystérieux.

    La contemplation de l’œuvre d’Art pouvait-elle parvenir à développer la compréhension et motiver cette dernière vers une quête essentielle ?

    Si oui, laquelle ?

    Le sujet de cette interrogation, provenant plus d’une impression que d’une certitude, ne pouvait qu’aviver ma curiosité et conforter ma recherche devenue plus nette.

    Puisque la capacité d’appréhender ce à quoi on aspire au plus profond de soi, pouvait se révéler par l’observation d’une création artistique, il devenait impérieux de tenter de percer davantage ses extraordinaires secrets, afin de m’enrichir de ses étranges pouvoirs.

    Je réalisai que le parcours à travers l’Art, par l’observation qu’il développe et par les rencontres qu’il favorise, pouvait conduire à cet épanouissement, vers lequel chaque être tend, plus ou moins consciemment.

    L’idée que l’Art était le vecteur de l’idéal humain me vint.

    Ce que l’œil perçoit et fait ressentir pouvait-il nous révéler ce que nous sommes et ce à quoi on aspire ? Cette question nécessitait d’être approfondie.

    Utiliser l’écriture s’imposa pour y parvenir : écrire demeure le moyen le plus abouti  pour communiquer, non seulement, avec les autres, mais, surtout, pour mieux découvrir qui nous sommes.

    L'Art se présentait comme un miroir de mon esprit, cet invisible qui m'accompagne comme un étranger, cette présence intérieure dont je pressens qu'elle donne sens à l'existence par son invite à l'épanouir, ce curieux ami qui me laisse le choix de ne pas l'écouter, ou de le satisfaire en apprenant déjà à mieux réaliser ce que je suis.

    "Connais-toi, toi-même" est sans doute le prime questionnement pour savoir "pourquoi j'existe", et l'Art pouvait m'aider à répondre à cette fascinante question.

    Si les vertus de l’Art me devenaient accessibles, tous devaient pouvoir en bénéficier, d’autant que tout enrichissement personnel est vain, s’il n’est pas partagé.

0 commentaire